Modernité classique

Dirigée par Marianne Cojannot-Le Blanc (MCF en histoire de l’art moderne, université Paris Ouest Nanterre La Défense)(mleblanc_arobase_u-paris10.fr), et Evelyne Prioux (CNRS, UMR 7041, MAE-René Ginouvès)(evelyne.prioux_aroabse_mae.u-paris10.fr).

Plus sur la collection

Comité scientifique :

  • Francis Cairns (PR Classical languages, Florida State University)
  • Christophe Cusset (PR Littérature grecque, ENS-LSH)
  • Michel Magnien (PR Littérature de la Renaissance, université Paris-Sorbonne nouvelle)
  • Yves Pauwels (PR Histoire de l’art moderne, université François Rabelais / IUF)
  • Agnès Rouveret (PR Archéologie et histoire de l’art romain, université de Paris Ouest)
  • Salvatore Settis (PR Storia dell’arte e dell’archeologia classica, Directeur de la Scuola Normale Superiore de Pise)
  • Jeremy Tanner (Reader in Classical and Comparative Art, University College London)

En cours : Julian Kliemann (PR Histoire de l’art moderne, Max-Planck Institut für Kunstgeschichte, Rome), Anne-Marie Lecoq (Chargée de recherche Histoire de l’art moderne, Collège de France)

L’importante présence de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie sur le campus de Nanterre et les liens particuliers tissés avec elle par les enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art de l’université ont suscité, on le sait, une approche renouvelée de l’étude de l’Antiquité, qui unit les qualités d’un travail philologique, à la double compétence de l’archéologue et de l’historien de l’art. Pareille approche, à la fois novatrice et pluridisciplinaire, mériterait de s’incarner dans une collection, qui lui donnerait toute la visibilité nécessaire, la prolongeant même, en accueillant des études portant non seulement sur la période ancienne (spécifiquement hellénistique et romaine) mais encore sur la période moderne (Renaissance et âge classique), la question de l’héritage antique et de l’élaboration d’une identité moderne étant constitutives de cette dernière. Des études proposant une approche comparatiste des périodes ancienne et moderne y seraient également bienvenues : cette comparaison, dont la raison d’être historique n’est pas à démontrer, s’inscrit dans la même volonté de renouvellement des axes de recherches, où l’affranchissement des divisions chronologiques traditionnelles apparaît comme une tâche impérieuse. La collection serait ouverte, dans un esprit semblable, non seulement aux Lettres, à l’archéologie et à l’histoire de l’art, mais encore à l’histoire et à la philosophie. Pourraient dès lors y être accueillis l’étude d’une notion poétique ou rhétorique comme celle d’une période ou d’un enjeu historique, l’analyse d’un auteur ou d’un texte et de sa fortune critique, ou encore des travaux sur les collections et restaurations d’œuvres antiques, qu’il s’agisse d’essais, d’éditions de textes ou de volumes collectifs. Les manuscrits issus de ce type de recherche, qui appellent un travail d’édition spécifique en ce qui concerne les langues anciennes, et unissent un contenu scientifique à la nécessité de quelques illustrations (la confrontation des textes et des images en constitue un aspect central), trouveraient une place naturelle dans des presses universitaires. Porter à la connaissance d’un public avisé mais élargi les recherches scientifiques les plus récentes et les plus pointues sur l’Antiquité, issues notamment des équipes de la MAE, comme créer un espace d’édition pour l’histoire de l’art qui bénéficie de nos jours d’une réelle audience, en leur donnant une place dans des publications universitaires constitue un réel enjeu et, sans doute, un enjeu particulier pour Nanterre.

De Samos à Rome : personnalité et influence de Douris

  Douris est né à Samos vers 340 et mort vers 280 av. J.-C. Polygraphe, il est l’auteur d’ouvrages de critique littéraire, d’histoire de l’art, de musicologie (?) et surtout d’œuvres historiques, dont il nous reste 96 fragments. Il fut également […]

L’Héroïque et le Champêtre Volume II : appropriation et déconstruction des théories stylistiques dans la pratique des artistes et dans les modalités d’exposition des œuvres

Le recours aux catégories rhétorico-poétiques est l’une des stratégies les plus couramment employées par les critiques et les érudits de l’Antiquité et de l’Âge moderne pour qualifier les œuvres figurées et pour les comparer entre elles. La critique littéraire a […]

L’Héroïque et le Champêtre. Volume I – Les catégories stylistiques dans le discours critique sur les arts

L’une des formes que prend la théorisation des rapports entre la création artistique et le patrimoine culturel n’est autre que la réflexion sur le style. Aborder conjointement, dans l’espace d’un même ouvrage, la question de l’héritage de Horace et de […]

À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul de Nicolas Poussin à Charles Le Brun

  Au printemps 1650, le tableau du Ravissement de saint Paul de Nicolas Poussin (musée du Louvre) quittait Rome pour Paris. Il avait fallu cinq ans pour que le peintre finisse par satisfaire la demande du poète Paul Scarron. Vingt […]

Métamorphoses du regard ancien

  Cet ouvrage s’intéresse à la culture visuelle de l’époque hellénistique et romaine et à la réception des collections artistiques auprès des lettrés de ces deux périodes. À partir d’un éventail de documents qui vont du IIIe siècle av. J.-C. à l’Antiquité […]