Ariane Eissen et Véronique Gély (dir.)

 

Lorsque, au début des années 1980, avant la chute du rideau de fer, les romans de Kadaré commencèrent d’être traduits et connus en France, puis en Europe et ailleurs, ils fascinaient certes, mais ils ne satisfaisaient vraiment personne sur le plan de l’idéologie.
Car il y avait dans ces textes trop de marxisme et trop de nationalisme pour que leur auteur ne soit pas suspecté, à droite, d’être le produit du communisme albanais, en clair, de ne pas être un authentique dissident, et il y avait en même temps en eux trop d’archaïsme, pas assez de réalisme socialiste pour que, à gauche, les nostalgiques de l’utopie albanaise ne se sentent pas trahis par lui. Or, depuis 1990, l’hypothèque n’a pas été levée. Au contraire, c’est un véritable procès qui a été peu à peu instruit : les soupçons étrangers rencontraient les soupçons albanais, et réciproquement. L’auteur était sommé de se justifier d’être toujours vivant et d’avoir pu publier. L’homme et son œuvre étaient suspectés d’ambiguïté, de défaut de clarté : trop d’ombre.
Or, précisément, ce qui caractérise l’écriture de Kadaré, c’est qu’il ne cherche pas le centre, la pleine lumière, mais explore les zones d’ombre et de brouillard. Pour cela, son choix est d’être en permanence à la frontière…

Sommaire

  • Avant-propos. L’ombre, la lisière, la reprise, Ariane Eissen et Véronique Gély

LA VILLE DE PIERRE : ENTRE LA NATION ET LE MONDE

  • Gjirokastra, un pays fertile en mythes de pierre, Ardian Marashi
  • Ismail Kadaré et l’ethnologie albanaise de la seconde moitié du XXe siècle, Gilles de Rapper
  • Ismail Kadaré, analyste de la société communiste albanaise, Anne-Marie Autissier
  • Kadaré et Kafka, Ketrin Leka
  • Les figures féminines chez Ismail Kadaré dans les romans épiques et les romans de la période impériale, Alketa Spahiu
  • Ismail Kadaré et la tradition littéraire albanaise, Ilir Yzeiri
  • Politique de Kadaré : l’écrivain et sa reconnaissance européenne, Ornela Todorushi

LE POIDS DE LA CROIX : UNE DISSIDENCE INTÉRIEURE ?

  • De l’écrivain Kadaré au personnage Kadaré et retour, Alexandre Zotos
  • Zeus, référence du totalitarisme chez Kadaré, Jean-Paul Champseix
  • L’embrassade avec les dents, Dashnor Kokonozi
  • Le phénomène Ismail Kadaré dans la société albanaise des années 70, Vasil Qesari
  • Entre l’universel et l’unique : modes et thèmes dans l’évolution de l’expression du stalinisme historique chez Kadaré, John Cox
  • Sacrifice, modernité et perte dans Le Pont aux trois arches de Kadaré, Peter Morgan
  • Kadaré ou le grand survivant. Poétique et politique de l’autocensure, Catherine Coquio

L’ATELIER DE L’ÉCRIVAIN

  • Réécrire, Bruno Clément
  • Les Prométhée de Kadaré : enjeux de la réécriture, Ariane Eissen
  • Kadaré et les tragiques grecs : roman, tragédie et guerre des textes, Pierre-Yves Boissau
  • Paysages dans le brouillard : Le Dossier H. d’Ismaïl Kadaré, Sandrine Cambou
  • Sur quelques spécificités de la narration dans l’œuvre d’Ismail Kadaré, Ledia Dema
  • La temporalité et le discours sur le temps dans La Pyramide d’Ismail Kadaré, Tomorr Plangarica


2011 – 370 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-84016-081-6 – Prix : 23€
Langue : français