Sébastien Lemerle, Carole Reynaud-Paligot (dir.)
Les progrès enregistrés par les sciences de la vie sont appelés à modifier nombre de nos conceptions relatives à la personne humaine et à la société. Mais alors qu’il existe une riche littérature théorique sur ce sujet, peu d’études avaient jusqu’à ce jour été consacrées aux pratiques résultant des appropriations sociales des savoirs en génétique et neurosciences. L’objectif principal de ce livre est de contribuer à combler cette lacune, grâce aux contributions de chercheuses et chercheurs issus de différentes disciplines (neurosciences, sociologie, histoire, sciences de l’information et de la communication…). Il révèle une tendance, perceptible depuis quelques décennies dans nos sociétés, à « biologiser le social ». L’importation de grilles d’analyses et d’action inspirées par les sciences biologiques touche en effet un nombre grandissant d’univers, des débats autour du genre, de la race, du transhumanisme ou de la souffrance sociale, aux pratiques en mutation dans les domaines de la santé mentale, du sport, de l’éducation, du marketing ou du droit. À partir d’études de cas concrètes, ce livre conduit à réexaminer la question des relations entre recherche, idéologie scientifique et ingénierie sociale, à l’heure où la biologie s’inscrit durablement dans l’horizon mental de notre temps.

Sommaire

Introduction

Sébastien Lemerle et Carole Reynaud Paligot – Qu’est-ce que la « biologisation du social » ?

Enjeux politiques de la biologisation du social

Catherine Vidal – Le Neuro-Sexisme. Quand la science est « mal femmée » ;
Nicolas Martin-Breteau – Le corps noir comme signe politique. Sport et stéréotypes raciaux aux États-Unis (fin XIXe siècle-début xxie siècle) ;
Nicolas Le Dévédec – Le transhumanisme ou l’utopie biomédicale d’un homme parfait ;
Cédric Brun, Jan Pieter Konsman – Biologisation des discours relatifs au rejet social dans les médias spécialisés et grand public : enjeux épistémologiques et éthiques.

La biologisation du social comme idéologie scientifique

Laurent Dartigues – Le neurodroit est-il une nouvelle phrénologie ?
Brigitte Chamak – Neuromarketing : une fusion suspecte ;
Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet-Courbet – Le neuromarketing commercial : une instrumentalisation problématique des neurosciences ;
Benoit Gaudin – Biologisation du social dans le sport. L’« athlète naturel » est-africain.

La biologisation en pratique : psychologisation et médicalisation

Eunice Nakamura – Les problèmes de santé mentale durant l’enfance à Santos (Brésil) et Paris : l’interdépendance entre biologique et social dans les comportements des enfants ;
Elsa Forner-Ordioni – « Recruter des patients ; évaluer et diminuer significativement leurs troubles ». Les thérapies cognitives à l’épreuve de la guérison ;
Sandrine Garcia – Normes d’apprentissage et « pathologies » de la lecture ;
Marianne Woollven – Le cerveau des dyslexiques : causalité et responsabilité face aux difficultés en lecture en France et au Royaume-Uni.

Les auteurs


2017 – 238 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-84016-258-2 – Prix : 20€
Langue : français