Anca Călin et Alain Milon (dir.)

 

La question de Thomas l’Obscur est bien celle de la nature du langage. Thierry Maulnier la pose à plat quand il fait l’un des premiers commentaires du roman de Maurice Blanchot le 28 janvier 1942 dans L’Action Française : « Le premier roman de M. Maurice Blanchot constitue à n’en pas douter une des expériences les plus subtiles et les plus audacieuses qui aient été faites depuis longtemps pour faire dire aux mots plus ou autre chose que ce qu’ils ont coutume de dire dans leur emploi habituel. » Avant lui, Jean Paulhan avait la même intuition lorsqu’il écrivait, le 7 avril 1941, dans sa fiche de lecture pour le comité Gallimard à propos de Thomas l’Obscur : « Je ne sais trop si son roman est beaucoup plus qu’une « tentative ingénieuse et hardie ». Je ne crois pas qu’il trouve beaucoup de lecteurs. Mais il mérite certainement d’être publié. Il se lit, une fois accepté, avec passion. » En fait, pour lire Thomas l’Obscur, il faut d’abord l’accepter, mais surtout accepter d’entrer dans un combat sans refondation avec ou contre la langue.

Lire Thomas l’Obscur, dans sa première ou seconde version peu importe, pour toucher l’intime du mot et exprimer sans mot le sens des mots…

Sommaire

Avant-propos. L’adieu au langage de Thomas l’Obscur, Alain Milon

Premières impressions de Thomas l’Obscur

Chroniques des premières réceptions de Thomas l’Obscur, Éric Hoppenot

Corps de la langue

« Thomas l’Obscur » ou les frontières impossibles du récit, Marc Courtieu

Thomas, « lecteur » de l’aphorisme de Lao Tseu : « les paroles vraies semblent être des paradoxes ?, Alain Milon et I-Ning Yang

Quand traduire c’est penser autour de Thomas l’Obscur, Anca Calin

Fascination de l’obscur

Le regard et l’événement du récit, Arthur Cools

L’obscur, reflet du récit dans l’oeil de Thomas, Maryan Benmansour

L’autre nuit appartient à Thomas, Davi Andrade Pimentel

« Thomas le fou, Thomas le sphinx », Antoine Philippe

Entre le politique et le poétique

Autonomie de l’oeuvre double. Phrases et paraphrases de Thomas l’Obscur, Cosmin Toma

De « La fin du Six Février » à la naissance de Thomas l’Obscur, Takashi Ichikawa

Un manifeste de l’antiréalisme, François Brémondy

L’écriture entre la vie et la mort : les traces de Thomas l’Obscur dans la pensée de Blanchot, Javier Ignacio Gorrais


2017 – 228 pages – Format : 17×20 cm
isbn : 978-2-84016-255-1 – Prix : 20€
Langue : français