Jean Cartelier

 

La notion de travail n’a aucune place véritable dans la théorie économique, il y est un intrus. Contrairement aux apparences, il est absent dans la tradition classique puisque c’est le salaire comme coût, et non le travail comme effort, qui détermine les prix et le taux de profit. Les « services du travail » ne peuvent appartenir à l’ensemble des biens susceptibles d’être échangés qu’accompagnés de leur « source » c’est-à-dire les individus. C’est précisément ce que les économistes unanimement refusent. Car le travail ne peut avoir sa place dans la théorie économique que lorsqu’il est reconnu comme travail salarié, et qu’il est pensé en dehors de l’échange et de l’équivalence.

Sommaire

Avant-propos

Introduction
Les limites de la marchandise

  • La spécificité de la théorie économique
  • La théorie de l’échange et ses extensions possibles
  • Au-delà des biens : terre, monnaie, facteurs de production ?
  • Le problème spécifique du travail
  • Plan de l’essai

Partie I
Travail et salariat  dans la théorie économique

Le travail chez les Classiques et Marx : l’absent

  • Travail, valeur et prix : le dilemme
  • Le travail dans la Richesse des nations
  • La faille du chapitre V
  • Le travail salarié dans le chapitre VI
  • Une rationalisation de la théorie smithienne de la valeur
  • Conclusion d’étape
  • Le travail et la valeur dans les Principes de Ricardo
  • Le texte du chapitre I sur la valeur
  • Une méprise
  • Le travail dans Le Capital : plus de problèmes que de solutions
  • La détermination des grandeurs de valeur
  • Les formes de la valeur : un échec patent
  • Une esquisse de solution sans le travail
  • Conclusion d’étape

Travail et salariat dans la théorie mainstream : l’intrus et l’absent

  • Le point de vue de la théorie mainstream
  • Critique de la théorie mainstream
  • Les salariés ne sont pas des sujets économiques
  • Les enjeux de la critique

Partie II
Travail et salariat : une approche critique

La formation de l’économie entrepreneuriale : les deux grands récits

  • Entrepreneurs et salariés : deux représentations    89
  • Épargne et accumulation du capital comme origine de l’économie salariale

Annexe

  • Le modèle de Matsuyama
  • Un modèle schumpetérien

Le salariat comme subordination monétaire

  • Une question préalable : la nature des relations économiques
  • Entrepreneurs et salariés : une approche monétaire
  • La relation salariale au sein des relations monétaires
  • La question de l’emploi : sous-emploi ou chômage involontaire

Travail, salariat, profit et exploitation

  • La théorie du profit : de Ricardo à Marx
  • Examen critique de la théorie du profit
  • Le profit dans une approche monétaire
  • Salariat et exploitation

Conclusion : Économie salariale et économie de marché

Bibliographie


2016 – 174 pages – Format : 15,5×24 cm
isbn : 978-2-84016-231-5 – Prix : 14€
Langue : français