Bernard Bret

Dans le monde actuel marqué par de violentes inégalités, la philosophie morale de John Rawls aide-t-elle à répondre aux questions urgentes posées à nos sociétés et offre-t-elle une grille de lecture pour interpréter les territoires ? Oui, car si elle ne parle pas d’espace, la Théorie de la Justice tire de sa démarche abstraite et de son énonciation rationnelle sa capacité à dire l’universel tout en respectant les identités, et à qualifier les disparités territoriales induites par le développement. Il n’existe pas de territoire juste parce qu’il n’existe pas de société humaine pleinement juste, mais il est des situations plus ou moins injustes : comprendre ces configurations est une étape nécessaire pour produire plus de justice.

Sommaire

Avant-propos

Introduction

La Théorie de la Justice, une philosophie morale pour penser le territoire

  • Une théorie rationnelle, des principes universels
  • Une théorie qui fait débat
  • Une théorie qui répond à d’autres théories
  • Conclusion

Première partie
Approche géographique du maximin

L’inégalité territoriale peut-elle être juste ?

  • Revisiter le modèle centre – périphérie
  • Le modèle centre-périphérie, une configuration pluriscalaire
  • Une configuration géographique qui évolue avec le temps
  • Conclusion

Comment penser l’accès aux ressources naturelles ?

  • La diversité du globe, richesse collective ou injustice de la nature ?
  • A qui appartient la planète ?
  • La justice environnementale
  • Conclusion

Deuxième partie
Du maximin à l’égalité citoyenne

Echelles des inégalités et maillage politique du monde

  • Inégalités, temps et espaces
  • Un morcellement politique qui sert l’intégration économique
  • Dimension des Etats et mondialisation
  • Conclusion

Le territoire politique et la citoyenneté

  • L’architecture institutionnelle du territoire traduit un projet politique
  • Lisibilité du maillage, ancrage citoyen et injustices territoriales
  • Maillage territorial et représentation politique
  • Conclusion

La ville et la justice

  • Les citadins vivent-ils mieux que les ruraux ?
  • La ségrégation, le marqueur urbain de l’injustice sociale
  • La fragmentation urbaine, ou la fin de la ville comme cité
  • La ville néo-libérale peut-elle être juste ?
  • Conclusion

Troisième partie
Mettre en œuvre le principe de réparation

Peut-on réparer aujourd’hui les injustices d’autrefois ?

  • Peut-on réparer les séquelles de la colonisation ?
  • Peut-on réparer les torts faits aux peuples autochtones ?
  • Peut-on réparer l’esclavage ?
  • Conclusion

Aménager le territoire pour réparer les injustices sociales

  • L’Etat, un aménageur fragilisé par le néolibéralisme
  • L’accessibilité géographique des services publics
  • Les politiques régionales
  • Les pièges de l’aménagement
  • Conclusion

Conclusion générale

La Justice comme utopie

Bibliographie

Table des illustrations


2015 – 278 pages – Format : 15,5×24 cm
isbn : 978-2-84016-227-8 – Prix : 23€
Illustrations N&B – Langue : français