Emily Eells, Anne-Marie Paquet-Deyris

 

Pour certains cette évidence ne pas va de soi et appelle une nouvelle étude. Ce volume bilingue français/anglais tente d’explorer les différentes manifestations du verbe et, plus précisément, de la voix au cinéma depuis les premiers temps du parlant jusqu’aux films contemporains. Certains textes analysent les toutes premières émergences de la voix à l’écran dans diverses filmographies anglophones, mais c’est bien la diversité parfois vertigineuse des inscriptions du verbe à l’écran jusqu’au début du XXIe siècle qui a motivé les dynamiques analytiques parfois très différentes de cet ouvrage.

Depuis Le Chanteur de jazz de Crosland en 1927 jusqu’à Paranoid Park de Van Sant en 2007, les variations incessantes de la voix ont suscité des interrogations sur sa propre nature, sa texture, son pouvoir ou encore la multiplicité de ses formes. De quelles manipulations a-t-elle été l’objet – ou le sujet?

This volume explores in detail and with a multiplicity of approches the variations on the voice in cinema from its emergence in 1927 with The Jazz Singer to its recent twentyfirst century manifestations. How is the voice inscribed on screen and what are its nature, texture, impact, manipulations like?

2012 – 482 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-907335-32-4 – Prix : 20€
Langue : français/anglais – Vente directe, nous contacter