Alvar de la Llosa et Stéphanie Decante (dir.)
Cet ouvrage nous propose une réflexion pionnière et originale sur le mouvement de contestation sociopolitique de 1968, considéré dans sa diversité, et à l’échelle des mondes américains. Réflexion pionnière parce que pour la première fois, quarante années après les faits, des chercheurs en sciences sociales et humaines – européens et américains – sont convoqués par des spécialistes français, afin de tirer un premier bilan des confluences, des parallélismes et des influences réciproques (chacun de ces mots a sa propre importance), dans une période charnière dans l’évolution du 20e siècle. Un premier bilan qui jette les bases pour des travaux ultérieurs d’approfondissement.
Réflexion originale aussi parce qu’elle a volontairement souhaité confronter les deux mondes américains (l’anglo-saxon et l’ibérique) et observer leurs réactions et leurs pratiques spécifiques, face au mouvement et à la résistance au changement qu’il pouvait susciter.
Les travaux de recherche rassemblés dans cet ouvrage portent sur les différents aspects de l’histoire politique, concernant la période, et sur les différences repérées entre les objet-pays et les objet-processus, choisis dans la synchronie. L’analyse sociologique, celle du discours, ainsi que la perspective anthropologique sont présentes et représentent des instruments utilisés dans chacune des contributions, ce qui leur donne la validité des travaux interdisciplinaires.
L’approche retenue par les participants s’ouvre également aux aspects culturels et artistiques, aux nouvelles problématiques et aux innovations méthodologiques très récentes, afin de mieux comprendre les revendications que le mouvement a pu arborer, tantôt comme produit, tantôt comme facteur.
En somme, un travail qui renforce la dynamique des études comparatistes euro-américaines et que, logiquement, il faut lire.

Sommaire

Introduction
68 d’ici, 68 de là-bas
1968 aux états-Unis d’Amérique du Nord : les années soixante comme double matrice progressiste et néo-réactionnaire, Pierre Guerlain
L’année 1968 dans la revue Marcha (Montevideo – Uruguay) : un passeur culturel à l’échelle continentale, Alvar de la Llosa
Mai avant Mai, Mai après Mai. Cultures juvéniles et diversification identitaire au Chili, Yanko González Cangas
L’émancipation féminine en question
Le mouvement étudiant au Mexique : l’émancipation féminine en marche, Nathalie Ludec
L’Encyclique Humanae Vitae (1968). Enjeux et réception dans la presse chilienne, Stéphanie Decante
Nouvelles pratiques de résistance et de subversion
« C’était féroce, c’était délicieux… » (Santiago du Chili, 1967), Pedro Araya
L’après 68 : la dictature brésilienne et la microsociologie de la clandestinité à Rio de Janeiro, Henri Acselrad
Intellectuels et artistes face au défi de l’engagement
La chanson révolutionnaire au Brésil : 1968, Marcelo Ridenti
Du mouvement Tzántzico au Frente Cultural. Réducteurs de tête et parricides, nouveaux acteurs équatoriens, Emmanuelle Sinardet Seewald
¿Qué días (de) guardar de aquellos años? (México, 1968), Miguel Rodríguez
Vers la fin d’un cycle : les années soixante-dix
Affrontement social et crise de la dictature argentine à la fin des années soixante, Jorge Sgrazzutti
Cuba, 1968 : l’année des héros ?, Christilla Vasserot
Témoignage
Réflexions sur les nouveaux défis politiques brésiliens à partir du parcours de vie d’un acteur, Marilena Nakano


2012 – 356 pages – Format : 15,5×24 cm
isbn : 978-2-84016-104-2 – Prix : 23€
Langue : français – Vente directe, nous contacter