Véronique Gély, Sylvie Parizet et Anne Tomiche (dir.)

 

La première moitié du XXe siècle a vu un incontestable développement de réécritures de grands mythes grecs et romains et de reprises de figures de l’Antiquité, tant dans des œuvres qualifiées de « néo- classiques » (Orphée de Cocteau, Œdipe de Gide par exemple) que dans des productions des avant-gardes qui s’affirment à cette époque (Les Mamelles de Tiresias d’Apollinaire, Ulysse de Joyce ou The Waste Land de T.S. Eliot, pour n’en citer que quelques-unes).

Les enjeux esthétiques de la réappropriation de ces mythes et figures de l’Antiquité gréco-romaine ne peuvent être pleinement mesurés que si sont prises en compte les implications idéologiques et philosophiques de ce même phénomène. La Grèce dans l’Allemagne nazie, Rome dans l’Italie fasciste, le « mythe » et le « sacré » dans la pensée de leurs théoriciens ne revêtent évidemment pas les mêmes significations que pour des défenseurs de l’humanisme et de la démocratie. Et on ne peut plus parler de la même façon de Dionysos, d’Apollon et d’Œdipe après Nietzsche et Freud.

Quelles idées de l’homme, de la cité et de l’art sont en cause et en jeu lorsque des « modernes » reviennent à la matière des mythes antiques ou utilisent des figures de l’Antiquité gréco-romaine ?

Sommaire

  • Introduction, Véronique Gély et Anne Tomiche

S’approprier l’Antiquité gréco-romaine 
dans l’Europe de la première moitié du XXe siècle

  • Mythe antique et action politique
dans le champ littéraire français des années 1930, Guillaume Bridet
  • Rome 1937 : autour de la « Mostra augustea della romanità », Anne-Rachel Hermetet
  • Mythologie et idéologie : l’Atlantide et l’Homme nouveau 
dans la littérature européenne de l’entre-deux-guerres, Chantal Foucrier
  • Référence à l’Antiquité et modernité
dans la Grèce de l’entre-deux-guerres, Lucile Arnoux-Farnoux

Figures et mythes de l’Antiquité gréco-romaine
 à l’Époque moderne

  • Le retour de Dionysos, Massimo Fusillo
  • Méditations sur le rivage : Socrate au prisme des Modernes 
(Thomas Mann, Paul Valéry, Eugenio Montale), Edoardo Costadura
  • Un mythe et deux façons de le (r)écrire :
 Prométhée dans deux textes de Franz Kafka (1918 et 1920), Ute Heidmann
  • Ovide chez les modernes, Anne Tomiche
  • Antigone entre Anouilh et Brecht, Daniel Mortier
  • « Ulysse : Socrate, Jésus, Shakespeare ». 
Comment lire les schémas Linati et Gorman de Joyce ?, Sophie Rabau
  • Le rideau déchiré de l’épopée
 dans Naissance de l’Odyssée de Jean Giono, Sylvie Ballestra-Puech
  • « Au-delà du soleil »
. Sur El Inmortal de Jorge Luis Borges (L’Aleph, 1949), Évanghélia Stead
  • Aux antipodes de Joyce, Jean-Louis Backès

De quelques œuvres de la Modernité
 et de leur recours à l’Antiquité gréco-romaine

  • La danse grecque antique de Nietzsche à Maurice Emmanuel, Christophe Corbier
  • Les opéras mythologiques de Richard Strauss :
un nœud de la modernité, Timothée Picard
  • Le mythe de Pan dans l’œuvre d’E. M. Forster, Yves Clavaron
  • Ulysse chez les Cinémaleptes. Thibaudet et la vocation du cinéma, Christophe Pradeau
  • Georges Bataille et les mythes, une rêverie souterraine, Juliette Feyel
  • L’« échec » du Tentateur, ou Broch en nouveau Virgile ?, Vincent Ferré
  • D’Icare à Jacob : quelques considérations
à partir du cas de Claude Vigée, Sylvie Parizet
  • Mythologie et modernisme dans Le Monstre d’Ismail Kadaré, Ariane Eissen
  • Euripide au Moyen-Orient : une mission de bons offices.
 Lecture des Femmes de Troie (1984) d’Hanokh Levin, Philippe Zard

Présentation des auteurs


2014 – 440 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-84016-175-2 – Prix : 25€
Langue : français