Jean Duma (dir.)

 

Cet ouvrage, au cœur des débats qui traversent aujourd’hui l’histoire sociale, privilégie trois terrains et leur association : l’individu, les groupes et les réseaux. Comment l’individu s’insère-t-il dans des groupes et participe-t-il à des réseaux ? Comment définir un groupe social, de façon normative ou par une prise en compte des pratiques ? Comment, dans ces conditions, se construisent les identités sociales et se tissent les liens sociaux ?
Les histoires de nobles et de bourgeois rassemblées ici prennent appui sur ces interrogations en explorant certains aspects de la France moderne.
Issus de la réflexion qui s’est développée au sein d’un séminaire réunissant étudiants de master, doctorants, chercheurs confirmés, ces travaux s’inscrivent clairement dans une volonté de renouvellement de l’histoire sociale.

Sommaire

  • Présentation, Jean Duma
  • Norbert Elias et La Société des individus, Jean Duma

CLIENTÈLES ET RÉSEAUX

  • Du réseau à l’individu. Quelques réflexions épistémologiques, à partir de trois exemples de réseaux égocentrés dans la seconde moitié du XVIe siècle, Ariane Boltanski
  • La faveur et l’amitié : parcours individuels et identités sociales autour de Gaston d’Orléans, Pierre Gatulle
  • Henri de la Tour et ses réseaux, Romain Marchand

  • Les commis de la surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart (1699-1708), Benjamin Ringot

ENTRE AFFIRMATION ET DÉCLASSEMENT

  • Revers de fortune : appauvrissement et déclassement dans la mercerie parisienne de la fin du XVIIe siècle à la Révolution, Laurence Croq
  • Fondements et fragilités de la notabilité marchande à Paris, XVIIe et XVIIIe siècles, Mathieu Marraud
  • L’émergence d’un groupe professionnel : les docteurs régents de la faculté de médecine de Paris au XVIIIe siècle, Isabelle Coquillard


2011 – 190 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-84016-093-9 – Prix : 22€
Langue : français – Vente directe, nous contacter