Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.)

 

La France d’Ancien Régime était celle de la « gaieté » et de l’« esprit ». Avec la Révolution, commence le temps du rire moderne : d’un rire franc, dévastateur, protéiforme, et faisant flèche de tout bois (de l’ironie, de la parodie, de la satire, mais aussi des brindilles du calembour ou de la blague).
Ce rire naît des convulsions de la Révolution. Il sape l’autorité triste des rois de la Restauration. Il triomphe dans le Paris louis-philippard, pour le plus grand plaisir du Bourgeois qui ne se lasse jamais de sa propre caricature. Il constitue le plaisir ordinaire d’une bohème entrée en dissidence contre toutes les formes de sérieux. Il trouve sa consécration sous la Troisième République, avec le Chat noir et ses avatars fin de siècle.
Phénomène de société, le rire moderne est au cœur des inventions esthétiques du XIXe siècle. Il inspire les journalistes, les poètes, les artistes et le monde de la scène. Il envahit les formes mineures de création culturelle aussi bien que les grandes œuvres du canon. En voici le premier panorama raisonné, issu du travail collectif de vingt-huit spécialistes, historiens de la littérature, des arts ou de la culture.

Sommaire

  • Introduction, Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

LE RIRE ET LA SOCIETE

  • Le propre de l’homme moderne, Alain Vaillant
  • Physiognomonie du rire, Anca Parvulescu
  • La crise du rire au XIXe siècle : autopsie d’un lieu commun, Marie-Ange Fougère
  • De Bièvre à Brisset : du calembour de salon au calembour cosmique, Bernard Champion
  • Buchoz-Hilton, le rire fou de « la Poire-Molle », Fabrice Erre
  • Le rire parlementaire. Une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique, Dominique Dupart
  • Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République, Jean Ruhlmann

LE RIRE ET LA LITTERATURE

  • Le rire cénaculaire, Vincent Laisney
  • Les rapports circulaires du rire et de l’horreur dans le genre frénétique, Émilie Pezard
  • Rire dans le genre et rire du genre, pratiques sérielles et humour dans le roman d’aventures, Matthieu Letourneux
  • Le rire de Choses vues, Gabrielle Chamarat
  • Le rire épistolaire : un rire de contradictions. L’exemple Flaubert, Thierry Poyet
  • « La tyrannie de l’imprimé » déjouée, Hélène Bauchard
  • Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques, Catherine Dousteyssier-Khoze
  • Le rire fantaisiste, Amandine Cyprès

LE RIRE ET L’IMPRIME

  • Modernités du rire de réemploi. Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes, Valérie Stiénon
  • Parodies de journaux ou journaux pour de rire, Marie-Ève Thérenty
  • Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847), Sandrine Berthelot
  • Satires en trois mots : le dictionnaire pour rire, Denis Saint-Amand
  • Penser le rire au XIXe siècle à travers les Histoires de la caricature, Michela Lo Feudo
  • Naïveté et régression ludique : les premiers pas de la bande dessinée au XIXe siècle, Camille Filliot
  • Histoire de l’invalide à la tête de bois (improbable épiphanie du corps glorieux), Charles Grivel

LE RIRE ET LES SPECTACLES

  • Dérive, déliaison, délire : Odry dans la parade des Saltimbanques, ou le rire en 1838, Olivier Bara
  • Zola et le rire de Labiche, Silvia Disegni
  • Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ? L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret, Carol Gouspy
  • Du rire à travers les arts : l’ironie dans l’adaptation littéraire d’un « échec » musical, Victoria Llort Llopart
  • Pantomime et vaudeville : le rire entre le pire et le dire, Jérôme Solal
  • La pantomime fin de siècle, caprice moderne


2013 – 470 pages – Format : 15×21 cm
isbn : 978-2-84016-161-5 – Prix : 22€
Langue : français