Pascal Célérier

 

Empereur épris de philosophie et païen militant, Julien (331-363) est l’auteur d’une œuvre abondante et variée, aussi passionnante que son existence romanesque. Il était tentant de suivre les traces de ses écrits (lettres, discours, lois, spéculations philosophiques ou théologiques, ouvrages polémiques, confidences autobiographiques) chez les lettrés de la fin de l’Antiquité. Qu’ils soient philosophes, historiens, rhéteurs ; qu’ils soient païens ou chrétiens, ils furent nombreux à faire appel à des formules, des concepts, des textes de Julien. On croisera donc ici non seulement les grands écrivains de l’époque (Libanios, Ammien Marcellin, Grégoire de Nazianze, Jean Chrysostome) mais aussi des auteurs moins connus (Saloustios, Sozomène, Philostorge, et bien d’autres !). Tous ont fait preuve d’une extraordinaire inventivité littéraire, mêlant ironie, citations détournées, subtil double langage. C’est cette scène intellectuelle dominée par la dernière grande polémique entre christianisme et paganisme – un véritable « choc des cultures » – que reconstitue cette étude philologique qui apporte un éclairage nouveau sur l’histoire de l’Antiquité tardive.

Sommaire

Texte sommaire


2013 – 528 pages – Format : 14×22 cm
isbn : 978-2-84016-132-5 – Prix : 25€
Langue : français